Actifs Hybrides

Concept novateur, l’hybridation d’actifs est au cœur du business model multi-expertises de Sienna IM. Concrètement, elle consiste à combiner des actifs traditionnels cotés et des actifs non cotés, tels que la dette privée, le private equity, les infrastructures ou encore l’immobilier.

En bref

Pionnière de la stratégie d’investissement « hybride », Sienna IM apporte des solutions d’investissement à destination des investisseurs privés différenciantes combinant plusieurs classes d’actifs. Cette approche novatrice contribue à réconcilier le besoin de financement de l’économie et le besoin de rendement sur le moyen-long terme, avec, en prime, une volatilité moins importante. La philosophie de cette stratégie d’investissement repose sur 3 piliers que sont : Allocation d’actifs, Décorrélation et Diversification.

3
fonds hybrides
€200 M
d’encours dépassés
2 Shifaaz Shamoon 9k9ipjhddks Unsplash

Un équilibre intéressant entre classes d’actifs, alliant engagements sur le long terme, rendements et liquidité

Les Français commencent à épargner pour leur retraite à 42 ans en moyenne, un délai qui offre une fenêtre de placement d’environ 23 ans. La stratégie d’investissement « hybride » est adaptée aux horizons temporels étendus. Les actifs privés se distinguent par leur moindre corrélation aux marchés de capitaux, qui les rend moins sensibles à leur volatilité. Ils ont par ailleurs tendance à générer des rendements supérieurs sur le long terme grâce à leur potentiel de croissance et à leurs flux de trésorerie stables. De leur côté, les actifs cotés offrent une liquidité immédiate et une visibilité sur les marchés financiers.

Avec les fonds hybrides à destination des particuliers, la barrière à l’entrée est supprimée pour les actifs privés

Un autre atout des fonds hybrides est leur accessibilité à la grande majorité des épargnants, y compris en épargne salariale et en épargne retraite. Traditionnellement, l’accès aux actifs non cotés exigeait un engagement financier initial significatif ou des appels de fonds répartis sur plusieurs trimestres, ce qui les réservait aux investisseurs institutionnels et aux plus fortunés. C’est ce que nous appelons la démocratisations des actifs réels, accessibilité à tous avec une modularité du couple risque/rendement.

 Pour avoir un complément de revenus de 1 000 € bruts à la retraite, c’est quasiment 300 000 euros de capital constitué qu’il faut détenir. Et ce n’est pas avec des rendements qui couvrent à peine le risque d’inflation aujourd’hui que les épargnants auront un capital acquis significatif au moment du départ en retraite. D’où ce concept de diversification et cette idée d’inclure dans une allocation des actifs plus risqués que sont les actifs non cotés.

Avis de Xavier Collot, Managing Director Listed & Hybrid Assets

Contexte réglementaire porteur

La loi Industrie Verte, qui permettra d’inclure une part d’actifs non cotés dans la gestion pilotée, sera un catalyseur majeur pour cette démocratisation déjà en cours. Elle permettra de flécher l’épargne vers une économie réelle moins carbonée et de dégager un rendement supérieur par rapport à l’inflation, en dépassant les 5% sur les profils les plus offensifs.

Investir dans les actifs privés, c’est donner du sens à son épargne en privilégiant des actifs tangibles et visibles.

Avis de Xavier Collot, Managing Director Listed & Hybrid Assets

3 Zane Lee Yrlh88vabwc Unsplash